66 réflexions sur « Commentaires »

  1. 65a3N
    Ayant grandi dans une famille catholique pratiquante en Allemagne, je commençais, dès l’age de 14 ans a beaucoup m’interesser au bouddhisme tibétain, suite a la lecture de plusieurs livres de Chögyam Trungpa Rimpotché. Après 7 ans de recherches, j’ai rejoint la communauté OKC qui correspondait parfaitement a tous mes attentes d’enseignement bouddhiste, et je ne saurais jamais remercier assez Lama Kunzang de m’avoir offert cette opportunité.J’ai vécu pendant 6 ans dans notre monastère Nyima Dzong en France. Puis, depuis 1987 je vis a Bruxelles, travaillant toujours dans nos magasins de produits biologique. Mes 2 enfants Anna et Antonio ont suivi leur scolarité dans notre école privé de Nyima Dzong et tous deux disent y avoir vécu une enfance vraiment très heureuse. Ils vivent d’ailleurs aujourd’hui encore au sein de la communauté, mon fils étudiant la médecine a l’UCL en 6ième année. A partir de l’age de 19 ans, ma fille a vécu pendant 4 ans a Kathmandou pour étudier des textes sacrés du bouddhisme tibétain au shedra du monastère de Shéchen. Mes enfants, ainsi que d’autres enfants de notre communauté, ont fait plusieurs séjours au Bhoutan, en partie sur l’invitation de la Reine du Bhoutan, qui avait d’ailleurs, au moment donné, envoyé une lettre aux autorités belges, certifiant l’authenticité des enseignements bouddhiste de Lama Kunzang.
    En ce qui concerne les événements qui se sont passé en 1997, en travaillant au magasin Dölma, j’ai été en première ligne pour reçevoir les policiers. Quel était mon étonnement de me trouver tout a coup en face d’un « Inspecteur-en-chef de la Brigade des Stupéfiants » suivi de tout son équipe, me brandissant 2 pages avec un grand nombre de chef d’accusations, tous aussi invraisemblables les un que les autres! J’ai pris bien une demi heure pour réaliser qu’ils ne se sont pas trompé d’adresse. Jamais dans ma vie je n’ai été aussi perplexe!
    Bref, je pense qu’il faut se rappeler que a cette époque, il y avait les disparitions de Julie et Mélissa et d’autres fillettes et on n’avait pas encore arrêté Marc Dutroux, La police était sous une pression vraiment très forte,car on sentait une grande irritation dans toute la population,puisque l’enquête n’avançait pas. Je me rappelle aussi, que a cette époque, M. di Rupo a passé plusieurs jours en prison, suite a des accusations pour abus sexuel de la part d’un jeune homosexuel. Ce qui n’a pas empêché qu’il devienne Premier Ministre de la Belgique par la suite. Mais voilà la preuve, que, dans un pays démocratique et libre comme la Belgique, on peut être rétablie a 100%, quand on est mis en justice pour des accusation fausses. Ainsi je suis tout a fait confiante, que nous serons totalement lavé de tout soupçon par le procès a venir.

  2. J’ai vécu au sein de O.K.C. pendant 27 ans. J’ai dû quitter O.K.C pour des raisons familiales mais je continue a la visiter régulièrement.
    J’étais attiré par les enseignements basés principalement sur la bienveillance, le souci d’autrui sans s’imposer, la tolérance et une sagesse profonde concernant le fonctionnement du monde.
    Quand j’ai pu approfondir ces enseignements, j’ai découvert que ce ne sont pas des enseignements inventés récemment par quelqu’un mais des enseignements transmis de génération en génération depuis des siècles, appartenant a une école authentique du bouddhisme tibétain.
    J’ai pu beaucoup apprécier la recherche de perfection, que ce soit un plat a offrir, un mur a construire, l’éducation des enfants, etc… la recherche de la voie du milieu, en évitant les extrêmes, qui forme des individus capables d’appliquer tous ces principes dans la vie quotidienne, le respect d’autrui et de la société.
    Pendant mes séjours, que ce soit a Bruxelles ou au Château des Soleils, je n’ai rien trouvé qui aille a l’encontre de ces principes et de ces enseignements.
    Yorgo Santantoniou

  3. Quand je pense à Nyima-Dzong, à mon enfance dans cet endroit en pleine nature, à l’éducation que j’y ai reçue autant au niveau scolaire qu’au niveau du bouddhisme, je ne remercierai jamais assez les Maîtres et Lama Kunzang en particulier d’avoir rendu cela possible. Ce fut pour moi, je m’en rend compte face à la vie, une base solide pour aller de l’avant dans ce monde, avec courage et bienveillance, face à des situations qui parfois nous semblent irréelles tellement elles sont contre nature!
    Devenue maman au sein d’Ogyen Kunzang Chöling, je n’hésiterais pas à donner à mon fils la même éducation, que je considère comme rare et précieuse.

  4. Je suis arrivée à Nyima Dzong (Château de Soleils) l’été de 1976, sans rien connaître au Bouddhisme. J’accompagnais mon mari et j’ai été très heureuse de découvrir, à travers les Enseignements de Lama Kunzang et des autres Lamas qui visitaient le centre, une philosophie de vie qui m’a beaucoup apporté. Nous allions à Nyima Dzong pour un stage d’été et nous sommes restés dans Ogyen Kunzang Choling jusqu’à aujourd’hui ! J’ai pu y rencontrer de très grands Maîtres du Bouddhisme Tibétain qui ont été et seront pour toujours une inspiration dans ma vie.
    Notre fils est né a Nyima Dzong, et c’est là qu’il a suivi sa scolarité jusqu’au jour où il a voulu voyager et vivre ses propres expériences. Il revient souvent nous voir et nous gardons un contact excellent.
    Je souhaite de tout mon cœur que la famille d’Ogyen Kunzang Choling puisse continuer à faire le bien de tous ceux qui cherchent cet équilibre et cette harmonie dans ce monde tellement troublé !

  5. L’Inde au-delà de l’illusion… c’était le titre d’un film-conférence du Lama Kunzang Dorje le 2 Février 1973 au Shell-Building rue Ravenstein à Bruxelles.
    Le film était un documentaire sur le monastère de Kangyur Rinpoché à Darjeeling avec Tulku Pema Wangyal et Lama Kunzang.
    J’étais à cette conférence parce que je me préparais à voyager vers l’Inde à la recherche d’un Maître en Yoga, à la suite de mes lectures et de mes recherches pour une Quête spirituelle.
    Évidemment, après la rencontre du Lama Kunzang, j’ai réalisé que je ne devais pas courir au bout du monde puisque j’avais là, à quelques arrêts de bus de chez moi, un véritable Maître du Yoga authentique.
    C’est ainsi que j’ai intégré la maison rue de Livourne quelques semaines plus tard et qu’il m’a été proposé de peindre le futur Temple en construction. Formé par des études artistiques et la pratique de la BD, je me suis attelé à cette noble tâche, à l’époque aidé uniquement par les conseils du Lama et deux livres d’art Tibétain… c’était rare à l’époque de trouver de la documentation.
    Plus tard, J’ai aussi eu la grande chance de vivre une retraite individuelle de pratique qui dura 6 mois et qui a marqué ma vie de manière profonde.
    En 1976, la visite de Sa Sainteté Dudjom Rinpoché dans notre communauté a été une grande bénédiction. Sa Sainteté m’invita à l’accompagner au Népal pour étudier auprès d’un peintre en Arts Traditionnels. C’est la communauté qui a entièrement financé mon voyage d’études à Kathmandu qui dura plusieurs mois.
    Je ne vais pas raconter ma vie, ce n’est pas le but et la place me manquerait, mais ma vie entière est lié aux Lamas et à la communauté pour l’étude du Dharma, la pratique de la méditation et l’apprentissage à devenir un meilleur être humain. C’est donc une grande gratitude que je veux porter en témoignage et mon inconditionnel soutien.

Répondre à Yorgo Santantoniou Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.