64 réflexions au sujet de « Commentaires »

  1. Je connais le Lama Kunzang depuis 1978, je l’ai rencontré en privé et dans ses enseignements de nombreuses fois jusqu’à aujourd’hui. J’ai eu la chance de vivre le Bouddhisme dans les centres de Bruxelles de 1979 à 1981 où j’ai été accueilli avec beaucoup de gentillesse. Bien sûr lorsque l’on vie dans un monastère bouddhiste ou chrétien et que l’on y soit nourrit, logé, blanchit, en bref (pris en charge) on se doit de fournir une certaine somme de travail pour aider au bon fonctionnement des centres. Pour ma part je travaillais dans les cuisines des restaurants. Lorsque j’ai manifesté le désir de revivre à Paris, ni le Lama, ni mes amis de la communauté m’ont fait le moindre reproche.

    Pendant ces deux années, j’ai eu le temps d’observer que l’on peut retrouver toutes les formes de tempéraments que l’on vois dans une société. Des personnes joyeuses d’autres moins, des personnes travailleuses d’autres moins, des couples avec des problèmes d’autres qui n’en avaient pas mais tous le monde étaient traités à la même enseigne par Lama Kunzang et les Lamas qui étaient invités. Pendant 37 ans, j’ai vu le Lama Kunzang enseigner le Bouddhisme tout comme le font d’autres Lamas que ce soit en France, en Belgique où d’autres pays. Je n’ai jamais vu pendant toutes ces années Lama Kunzang donnait d’ordres à qui que ce soit, mais des conseils et seulement quant on lui en demandait. Les Lamas sont là bien sûr pour expliquer le Bouddhisme et créer des centres, pour que nous puissions essayer de mettre en pratique ces enseignements.

    Quant aux enfants de Nyima-Dzong, je les connais bien pour leur avoir dispensé des cours d’art-martiaux pendant plusieurs années, j’y ai vu de petits êtres plutôt d’humeur joyeuse, vifs et en bonne santé. Je me rappelle clairement qu’une année, ils m’ont fait la surprise d’un grand gâteau d’anniversaire et piaffaient d’impatience tant ils étaient enthousiastes de voir la tête que j’allais faire, j’ai dû faire des efforts pour retenir mes larmes de joie. L’été je dispensais les cours de karaté en plein air et l’hiver nous le faisions au chaud dans le grand temple. D’autre part, je n’ai jamais vu aucun de ces jeunes se prosterner dans la neige ou même manquer de nourriture, bien au contraire cette nourriture était abondante et de bonne qualité et la porte de la cuisine restait ouverte pour toutes celles et tous ceux qui avaient un petit creux. Je peux dire aussi avoir vu les enfants partir en voyage dans leur famille respective, grands parents, etc… à chaque vacances scolaires avec l’aide de OKC (Portugal, France et Belgique). Je me rappelle aussi que mon fils passait toutes ses vacances d’été avec les quelques uns qui restaient sur place parce qu’ils n’avaient pas de famille pour les accueillir en dehors de leurs parents. Mon fils a gardé d’excellents souvenirs passés avec eux, a jouer dans les rivières, a construire des cabanes, a faire des sorties encadrés d’adultes.

    Je voudrais dire aussi que même si cette façon de vivre est saine, elle ne convient peut être pas à tout le monde et que dans les centres de l’ OKC nous avons la possibilité et la liberté sans aucunes contraintes et à n’importe quel moment de pouvoir prendre sa vie en main et de l’orienter dans la direction que nous avons choisie. Quant aux plus jeunes au même titre que les enfants de France et d’ailleurs, attendent leurs majorités pour pouvoir vivre le choix de la vie qu’ils désirent.

    Et pour terminer, ce qui me fait garder confiance est que la toute grande majorité des êtres qui habitent les centres OKC où qui les fréquentes sont extrêmement positifs, ils sont un havre de paix, ils sont ma famille.
    Je ne remercierai jamais assez le Lama Kunzang et les autres Lamas pour tout le travail qu’ils ont fourni afin que nous puissions connaître et vivre cela.

  2. Hommage à Kunzang pour son immense générosité et totale confiance aux êtres. Hommage à tous les Enseignants Protecteurs Officiels des paroles du Bouddha que j’ai pu écouter au centre OKC depuis ses débuts. Hommage à tous les membres de cette communauté vivante où règne une attitude d’humilité, de respect, de partage, d’étude, et d’intelligence. Hommage à tous mes agresseurs, voleurs, abuseurs croisés sur les chemins de mon existence, pères et mères, enfants, juges…..tous participent à la poursuite de l’approfondissement par l’étude et la pratique de ces précieux enseignements proposés et offerts par Kunzang depuis tant d’années. Hommage à toi de tout cœur.

  3. Je souhaite témoigner de mon expérience, suite à la rencontre de l’association OGYEN KUNZANG CHOLING fondée au Tibet par le très Vénérable KANGUYE RINPOCHE fondée en Europe par le Vénérable LAMA KUNZANG DORJE.

    Suite au décès de mon époux en 2010 à l’age de 49 ans du à un avc; je suis entrée en dépression pendant une année où je me suis faite soigner par un psychiatre et un médecin.
    Malgré tous les soins que ces médecins m’ont apporté je n’arrivais pas à surmonter cette situation trop douloureuse pour moi.

    Mon Amie , qui connait et fréquente la communauté depuis plus de vingt ans me propose de participer à un enseignement à NYIMA DZONG. Je décide de faire mon sac et partir avec elle visiter ce centre.
    Un accueil chaleureux m’a été réservé, j’ai participé à l’enseignement dans le Temple construit à cet effet et là toutes les larmes de mon corps sont sorties à flots.
    Quelque chose d’extraordinaire venait de m’arriver.

    Je médite depuis quelques années et pratique le yoga.
    J’écoute les enseignements de Sa Sainteté Le Dalaï Lama ainsi que des conférences de MATHIEU RICARD .

    De ce jour je n’ai jamais plus quitté la communauté où je me rends régulièrement pour méditer et suivre les enseignements qui nous sont proposés.

    Nyima Dzong est un lieu merveilleux où l’accueil est toujours fait avec beaucoup de bienveillance.
    J ‘ai pu grâce aux enseignements et à la méditation retrouver la paix intérieur indispensable au bien être de l’individu.
    Je participe à ma manière à aider la communauté à pouvoir continuer sa quête: »Développer le monastère et grandir chaque jour davantage au bénéfice de tous les êtres »
    Cet communauté nous rappelle chaque jour les règles de vie naturelle pour que tous les êtres soient heureux.

    Oui, je témoigne Mme Gaziglia Sylvaine Éducatrice de jeunes enfants depuis 32ans, que NYIMA DZONG est une aide indispensable pour promouvoir la Paix et l’Amour dans le monde et je ne cesserais de remercier LAMA KUNZANG DORJE pour l’aide qu’il m’a été donné pour surmonter cette rude épreuve.

     » Pour qui aspire à une vie heureuse il est très important d’employer à la fois des moyens internes et externes;en d’autres termes, d’associer développement matériel et développement spirituel. »
    Le Dalaï Lama , Gyatso Tenzin.( Dit chef suprême du bouddhisme Tibétain:né en 1935)

  4. Nous avons vecu dans les années 80, quelques mois dans la communauté en France et au Portugal et ensuite pendant des années nous étions présents aux enseignements. Ce sont les années, les plus heureuses pour nous et aussi pour ma petite famille. Une qualité de vie remarquable qui nous a marqué à jamais, tant par les membres de la communauté que par notre maître espirituel Lama Kunzang. Ca ne m’étonne pas qu’une partie de la sociéte s’y prenne avec tant de violence a un mouvement de ce genre. Ca forme partie de leur jeux destructeur. Toutes nos pensées et notre amour pour soutenir la communauté Ogyen Kunzang Chôling Alicia Rios et Vincent Gourdin.

  5. Les chinois, de par leur invasion du Tibet, on chassé ceux-ci en partie vers l’occident et c’est ainsi qu’en 1972, j’ai rencontré cet univers oriental lors d’une conférence à Bruxelles : ce fut un tsunami émotionnel ! Un monde de compassion, de compréhension, d’ouvertures d’esprits s’ouvrirent à moi enfin ! la gentillesse, la disponibilité, la patience, les pratiques de ces tibétains déracinés furent les clés essentielles du bouleversement de ma vie… Au fil du temps les plus grands maîtres tibétains défilèrent dans les différents centres OKC pour y enseigner leurs immenses savoirs avec à leur tête le Dalaï-Lama, prix Nobel de la Paix. Une nombreuse foule fut ainsi drainée… Comment décrire ce qu’ils apportèrent ? impossible ! Combien d’entre-nous, occidentaux, ont été sauvés physiquement des pièges de la vie, de la noyade psychique et émotionnelle ! Ces êtres se sont penchés avec grande compassion sur l’OKC, n’ont jamais lésiné sur leur temps ou santé et, à 77 ans, je les remercie encore du fond du cœur des merveilles qu’ils ont apportées dans notre monde bien malade d’aujourd’hui : ils ont été des étoiles qui brillaient en plein jour ! Tous ces grands êtres ont témoigné de par leur présence et enseignements de l’authenticité des activités de l’OKC. Alors ? La justice des hommes pataugeant parfois dans ses profondes et tenaces contradictions, puissent ces hommes qui jugent d’autres hommes accepter et reconnaître leurs vues erronées et ainsi « grandir » dans leur propre cœur et… celui des autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *