64 réflexions au sujet de « Commentaires »

  1.  » Mon Dieu, mon Dieu, la vie est là,
    simple et tranquille… »
    Verlaine – Sagesses
    Pour 40 années de vie simple et tranquille et heureuse, merci !

  2. O meu nome é Luísa Costa e agradeço ao Céu conhecer a OKC há quase trinta anos. Nada me enobrece mais do que ter como Mestre o Precioso Lama Kunzang. Um Pai! Um Tesouro de Sabedoria e de Compaixão! O Precioso Mestre, é Luz e Amor! A quem todos devemos muito mas que infelizmente nem todos reconhecem!

  3. J’aimerais tout simplement dire que tous ceux qui « s’attaquent » au Lama Kunzang, « s’attaquent » a la plus belle Aventure de l’existence de l’homo-sapiens: l’éveil!
    Quelle tristesse tous ces mots chargées de haine, de stupidité, de l’ignorance pure, d’ailleurs des comportements largement partagés dans « nôtre » société (assoiffée de nos malheurs).
    Je ne critique personne mais je pense pouvoir vous dire que sont des agissements mandatés par Mara…

  4. Je vis dans un centre du Dharma. C’est quoi, un centre du Dharma ? C’est avant tout un temple, espace consacré et précieux où les Lamas viennent enseigner. C’est là aussi que les pratiquants se réunissent pour recevoir les enseignements et pour pratiquer ensemble la méditation, la récitation des mantras, la prière. Pour respirer ensemble, quoi, et écouter battre ensemble leurs cœurs. Notre temple, qui est le cœur du centre du Dharma, existe grâce à présence devenue intemporelle de Sa Sainteté le Dalaï Lama, de Kangyour Rinpotché, de Dudjom Rinpotché, de Dilgo Khyentsé Rinpotché, de Trulshik Rinpotché. Sa vie se nourrit des enseignements de Khyentsé Yangsi Rinpotché, d’Adzom Gyalsé Rinpotché, de Ringou Tulkou Rinpotché, de Khenchen Péma Shérab et d’autres. Et nous avons en plus un très bon Khenpo, Khenpo Tseten, un maître d’études qui séjourne souvent parmi nous et nous suit de plus près dans notre apprentissage.

    Je me lève tôt le matin et je fais mes pratiques, mes prières. C’est le moment le plus heureux de ma journée. Ensuite je vais rejoindre les autres au temple, à 6h30, pour pratiquer ensemble. C’est aussi le moment le plus heureux de ma journée. Enfin, ça continue. C’est fou ce que ça peut nous rapprocher, d’être là ensemble. C’est plus fort qu’un repas d’anniversaire, je vous assure, et c’est tous les jours, vous vous rendez compte ? Puis la journée continue, et je les croise et recroise dans le centre, mes amis du Dharma, plus jeunes et plus vieux. Et toujours, tout au fond, ce sentiment diffus de partager avec eux quelque chose d’unique. Parfois je suis de mauvais poil, mais je préfère mille fois tirer la tête avec le Dharma que d’être heureux sans le Dharma. Si c’était possible, d’être heureux sans le Dharma. Pardon, là j’exagère. C’est mon coté enthousiaste.

    Et les enseignements, alors ! C’est comme si on entrouvrait devant vos yeux un coffre plein des richesses dont vous avez toujours rêvé. C’est comme un vin velouté qui vous réchauffe et vous rend heureux de la racine des cheveux aux extrémités des orteils.

    Alors vous voyez, pour un type qui a quitté le Portugal avec son sac à dos il y a 43 ans en cherchant exactement tout ça et qui est tombé dessus tout de suite en arrivant dans Ogyen Kunzang Chöling et qui en plus a pu en jouir toute sa vie, je peux pas me plaindre. D’ailleurs je ne me plains pas.

  5. Je souhaite partager mes ressenties concernant la communauté bouddhiste de Nyigma Dzong et Ogyen Kunzang Chôling en général, le bonheur de ma vie. Le Lama Kunzang est la personne qui a fait plus pour moi que n’importe qui. Son soutien, sa bienveillance, sa bonté, son amour et ses merveilleux enseignements de sagesse. J’ai vu les enfants de Nyima Dzong vivre et évoluer dans ce lieux de paix. Ils semblaient heureux de partager ce quotidiens dans les prières, à l’école et aussi les promenades, les jeux, les courses en vélos dans les montagnes, les chasses aux trésors, les baignades dans le Riou. Sans compter les multiples activités comme la musique, la dance les arts martiaux etc. Je vis à l’extérieur pour des raisons personnels et je n’ai jamais pu offrir à mes propres enfants, qui connaissent Nyigma Dzong également, un dixième des activités offertes aux enfants dans ce lieux merveilleux. Combien de parents n’auraient pas souhaiter que leurs enfants vivent dans un tel lieux ! Les professeurs et les personnes vivant là sont d’une grande gentillesse et d’une immense disponibilité, le coeur ouvert à chaque instant. Etant une maman attentive et aimante, parfois les enfants ont besoin de discipline sinon c’est le désordre, pour eux surtout et ils manqueraient de repères si nous les parents de manifestions pas, lorsque c’est utile, de quelques réprimandes. C’est normal, on ne doit pas les laisser libres de faire des choses qui pourraient leurs nuire mentalement et physiquement. L’éducation c’est difficile et ingrat parfois. Mais il ne faut pas croire que les enfants de Nyigma Dzong étaient sujet à la torture mentale et à la manipulation. Quoiqu’il arrive je garderai une confiance inébranlable dans cette communauté chaleureuse, authentique et pour moi au dessus de tout soupçon. Je soutiens de tout mon coeur la communauté Ogyen Kunzang Choling et le Lama Kunzang, un maître authentique de la plus pure tradition Bouddhiste Tibétaine. L’amour dans sa plus pure simplicité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *